05/10/2015

La FGTB: "Pourquoi manifesterons-nous le 7 octobre ?"

 

miettes.png

D’ici deux jours, des dizaines de milliers de travailleurs, venus des quatre coins du pays, se réuniront à Bruxelles pour crier leur ras-le-bol et mettre en avant leurs alternatives à l’austérité. L’occasion, aussi, de tirer le sinistre bilan de 365 jours de gouvernement des droites.


Depuis un an, les mesures fédérales contre les travailleurs, les pensionnés, les allocataires sociaux et les jeunes demandeurs d’emploi se multiplient.

Des mesures antisociales qui ne nous laissent que des miettes… Et ce n’est malheureusement pas fini ! Le «Tax Shift » décidé en juillet prouve encore une fois que le gouvernement Michel s’entête à favoriser les puissants et à s’acharner sur les plus faibles. 

Ce « fameux glissement fiscal » est lui aussi injuste et déséquilibré. Il ne pèse que sur les consommateurs (l’augmentation de la TVA sur l’électricité en est le plus bel exemple) et ne profite qu’aux grandes entreprises et au capital (les entreprises bénéficient des réductions de cotisations sociales mais sans obligation de créer ou de maintenir l’emploi tandis que les revenus du capital ne sont pas du tout mis à contribution).

Pourtant, des alternatives existent ! Les nôtres reposent sur un modèle de société qui garantit des services publics de qualité, une protection sociale forte, une fiscalité juste et une réelle concertation sociale (négociations libres, sans aucun blocage salarial imposé par le gouvernement).

Nos alternatives à la politique antisociale du gouvernement

Emplois

  • La création d’emplois de qualité via une politique de relance et d’investissements.
  • Une véritable approche de la « soutenabilité » du travail sur l’ensemble de la carrière, avec une adaptation du  travail à effectuer en fonction de l’âge.
  • Des investissements dans les services publics, les infrastructures et le non-marchand.
  • La réduction collective du temps de travail, sans perte de salaire et avec embauche compensatoire, afin de développer l’emploi des jeunes.

Pouvoir d’achat

  • Le respect de l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales
  • Des services publics forts, de qualité et accessibles à tous. Ils représentent le premier pouvoir d’achat des citoyens, grâce à une redistribution fiscale juste des richesses produites.
  • Le respect de la liberté de négociation.

Pensions

  • Rétablir l’âge de la pension légale à 65 ans.
  • Des pensions décentes et dignes.
  • Un alignement des pensions du privé sur celles du public et non l’inverse !
  • Le maintien du mode de calcul actuel de la pension, pour le secteur public comme pour le secteur privé.
  • Le maintien des périodes assimilées et un meilleur calcul de la pension pour les travailleurs à temps partiel, principalement des femmes.
  • La prise en compte de la pénibilité au travail pour déterminer la durée de carrière et l’âge de départ.

Justice fiscale

  • Une contribution égale de tous les revenus selon le principe de la globalisation des revenus. Un euro est un euro, peu importe comment on le gagne.
  • Une contribution plus importante des revenus du capital et des revenus immobiliers plutôt qu’une augmentation des taxes sur la consommation.
  • La lutte contre la fraude fiscale.

Sécurité sociale

  • Un financement stable et suffisant pour assurer un revenu digne aux allocataires sociaux.
  • L’assurance de soins de santé de qualité et accessibles à tous.
  • Le retrait de l’ensemble des mesures qui ont fortement précarisé l’assurance chômage ces dernières années : dégressivité accrue des allocations de chômage, limitation dans le temps et restrictions d’accès aux allocations d’insertion, renforcement des contrôles et sanctions, suppression du complément d’ancienneté, etc.

 

La FGTB

Les commentaires sont fermés.