03/12/2014

Le 07/12/2014: Apéro-rencontre : « L’épopée des verriers du pays noir »


apérorencontre07122014.jpgL’ASBL Progrès et Culture et la Maison de la Laïcité de Courcelles  vous invitent à :

L’Apéro-rencontre :
« L’épopée des verriers du pays noir »

Lieu : à La Maison de la Laïcité Courcelloise
rue Emile Vandervelde 5,6182 Souvret

De 11h00 à 13h00,

entrée libre

 

 Informations Facebook: https://www.facebook.com/events/1488092038135860/?pnref=story


Dans son livre autobiographique, André Henry nous livre le récit de sa vie militante. Ouvrier dès l’âge de quatorze ans,  délégué
principal de la Centrale Générale (FGTB) à Glaverbel-Gilly, durant les années 1970 et début ’80, André Henry  nous fait connaitre
ou remémorer une des plus belles pages de l’histoire du mouvement ouvrier belge d’après-guerre.

Dans cette chronique  d’une lutte de classes, André Henry  retrace l’épopée du long combat des travailleurs de Glaverbel contre
la multinationale BSN-Gervais-Danone, bien décidée, début des années 1970, à procéder au démantèlement de sa branche verrière
en Belgique, en commençant par le « bastion » syndical du siège de Gilly. Pendant une vingtaine d’année, les travailleurs de
Glaverbel—Gilly, avec leur nouvelle délégation animée par André Henry, ont construit un syndicalisme de combat et démocratique,
basé sur le meilleur de la tradition ouvrière, un syndicalisme qui a  été insufflé dans l’ensemble du secteur verrier carolorégien.

S’il  reste encore aujourd’hui une industrie du verre dans la région de Charleroi, en Belgique, si les « excédentaires » de
Glaverbel-Charleroi ont obtenu le maintien de leur salaire intégral pendant dix ans, suite aux accords « historiques » arrachés par
les verriers de Glaverbel-Gilly en 1975, c’est bien grâce au programme, aux méthodes de lutte, à la créativité,  la ténacité et l’insolence
de ces travailleurs.

Dans cet itinéraire personnel et collectif, André henry, aujourd’hui pensionné mais toujours actif, apporte, avec clairvoyance,
conviction et modestie, un éclairage pour les combats actuels. Nul doute que celles et ceux qui luttent pour que le monde change
de base, trouveront dans son livre des sources d’inspiration. Car une chose essentielle y transparait : sans mobilisation en profondeur
du monde du travail, sans unité de classe, donc sans démocratie ouvrière et syndicale, il n’y aura ni changement de cap, ni
alternative anticapitaliste digne de ce nom.

Intervenants : André Henry, vice-président de la commission des prépensionnés et pensionnés de la Centrale Générale (FGTB)
Charleroi Sud Hainaut et Céline Caudron,  licenciée en histoire et formatrice en éducation populaire, "co-auteure de l'épopée
et animatrice à la Formation Léon Lesoil

Modérateur : Jean-François Lacroix

Une activité organisée par l’A.SB.L. Progrès et Culture en collaboration avec la Maison de la Laïcité de Courcelles
et la Fédération Wallonie-Bruxelles

Editeur responsable : Daniel Petit, Président de Progrès et Culture (tél. : 071/458314)

Les commentaires sont fermés.