19/03/2013

TOUS AU LARZAC

A LA BOUTEILLERIE

Bd du Nord (ancienne brasserie Patiny face au N° 64)


LE JEUDI 21 MARS 2013 À 20H


TOUS AU LARZAC

De Christian Rouard (France 2011)

larzac.jpg


Qu'évoque aujourd'hui le Larzac pour les moins de 30 ans ? Les forts en géographie diront un plateau calcaire datant de l'ère jurassique, situé dans l'Aveyron et constituant le parc naturel régional des Grands Causses.

Les plus sensibles aux débats écologico-politiques
évoqueront la polémique autour des gaz de schiste ou se souviendront qu'en 2003 le plateau accueillit quelque 300 000 visiteurs pour une vaste réunion altermondialiste destinée à débattre du libéralisme économique. Mais combien, parmi eux, pourraient citer l'une des plus longues, opiniâtres et enthousiasmantes batailles politiques menées en France dans le sillage de Mai 68, depuis ce bout de territoire transformé, durant onze ans, en bastion irrédentiste ?


Tous au Larzac, du documentariste Christian Rouaud, vient à point pour édifier les plus
jeunes générations et rafraîchir la mémoire des anciennes, en commémorant comme il se doit ce sanctuaire de l'utopie réalisée. L'affaire se noue en octobre 1970, lorsque est divulgué le projet d'extension du camp militaire du Larzac, construit en 1902 et installé sur la commune de La Cavalerie sur une superficie confortable de 3 000 hectares. Cet agrandissement prévoit pourtant de porter sa surface à 17 000 hectares et d'empiéter sur douze communes environnantes. Le projet se heurte d'emblée à une levée de boucliers de la part des paysans de la région, qu'ils soient natifs de cette terre ou nouveaux arrivants débarqués du rêve alternatif. Dépeuplé des deux tiers de sa population depuis un siècle, le Larzac recommence, en effet, à se densifier à partir de 1968. La première manifestation a lieu le 9 mai 1971 et rassemble 1 500 personnes qui partent de Millau à pied pour rejoindre La Cavalerie. C'est la première manche d'une titanesque guerre d'usure entre les citoyens et l'Etat. La nature originale de cette lutte, qui préfigure le vaste mouvement des "indignés" contemporains, est arrêtée dès le début du mouvement et ne variera pas : elle est non violente, locale et solidaire. Ce dernier point n'est pas le moindre, eu égard à l'hétérogénéité des opposants, autochtones et "émigrés", grands et petits propriétaires, paysans et gauchistes, parvenant à maintenir l'unité démocratique du mouvement. Ce qui change, en revanche, avec le temps, c'est la dimension de la lutte.


Entrée et 1 verre de vin : 3 euros


Big Brol asbl - rue de la Station, 58/2 – 6140 Fontaine-l'Evêque - guidf7@gmail.com


Tél. & Fax : 071/ 54 51 04 - Portables : 0497/53 50 34 - 0496 /39 31 49

ORGANISATION : BIG BROL

Collaboration : le Centre culturel de Fontaine - les Tournées Arts et Vie -
la province de Hainaut - les Amis de Cuba - asbl le Progrès Bouton S.A. - Fleurs Cristaline - S.A. Dutron - SPRL l'Etude (A. Fiore) - Feron Jardins SA, LA VILLE DE FONTAINE-L'Evêque

 

12:57 Écrit par Le Progr | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.